Covid-19 : des questions demeurent sur le seuil d'alerte du taux d'incidence

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 8172
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 64
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 64

Covid-19 : des questions demeurent sur le seuil d'alerte du taux d'incidence

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur
Covid-19 : des questions demeurent sur le seuil d'alerte du taux d'incidence


 



Publié le 03/05/2021 21:59
F. Prabonnaud, A. Da Silva
France 2

France Télévisions
  
Un taux d'incidence de 400 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants est le seuil à ne pas dépasser afin de déclencher la deuxième phase du déconfinement. Mais pour la plupart des médecins et épidémiologistes, c'est encore très élevé. 

En annonçant le deuxième confinement fin octobre, Emmanuel Macron avait fixé un objectif : passer de 40 000 contaminations au Covid-19 par jour à 5 000. Mais aujourd'hui, cet objectif a bien changé : l'exécutif accepte jusqu'à 30 000 cas par jour, en fixant un seuil d'alerte à 400 cas pour 100 000 habitants. La dernière fois que l'incidence a dépassé ce taux de 400, début avril, le nombre de lits occupés en réanimation avait grimpé à 6 000.

La France opte pour le "vivre avec"

Les réanimations restent sur un plateau haut. La crainte est donc qu'un nouveau rebond sature les hôpitaux rapidement. Alors, comment éviter ce rebond ? Si le gouvernement a modifié le curseur, c'est qu'il compte sur la vaccination et sur le dépistage afin d'empêcher une nouvelle flambée. Les autotests ont notamment commencé à être distribués en France. En Allemagne, l'incidence maximum a été fixée à 100, alors que la France a opté pour le "vivre avec", en acceptant une circulation du virus relativement élevée. Un choix risqué, selon le professeur Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale à l'université de Genève : "Si on veut avoir la paix, il faut véritablement combiner à la fois la vaccination et une stratégie de limite très basse de la circulation du virus". 


Si vous appréciez notre travail, merci de nous soutenir par un petit don en cliquant sur le bouton ci-après


Je fais un don de soutien à l'Association


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Revenir à « Informations »