Quatrième vague de Covid : le mois d’août dans l’incertitude

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger Prés.
Administrateur
Administrateur
Messages : 8583
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 65
    Windows 10 Firefox
It’s my birthday
Genre :
Zodiaque :
Âge : 65

Quatrième vague de Covid : le mois d’août dans l’incertitude

Message par Pboulanger Prés. »

Bonjour à tous,

Lu sur https://www.nouvelobs.com/coronavirus-d ... #modal-msg
Quatrième vague de Covid : le mois d’août dans l’incertitude 

La France est entrée dans une « quatrième vague » de l’épidémie, selon le gouvernement. La hausse actuelle des cas fait craindre une dégradation rapide de la situation sanitaire avant même la rentrée de septembre. 

Par L'Obs
Publié le 20 juillet 2021 à 16h59

 
A quoi doivent s’attendre les Français pour le mois d’août, alors que la 4e vague du Covid frappe le pays de plein fouet ? Les aoûtiens en seront-ils pour leurs frais, et devront-ils composer avec de nouvelles restrictions ? Depuis plusieurs jours, l’accélération de l’épidémie est spectaculaire et les autorités sanitaires craignent une forte dégradation de la situation sanitaire dans les prochains jours. Certains départements ont d’ores et déjà remis en place des restrictions.
 
Ce nouveau rebond épidémique se caractérise par la virulence du virus, a expliqué le ministre de la Santé Olivier Véran, qui a expliqué ce mardi 20 juillet que le variant Delta est beaucoup plus contagieux que la souche d’origine. « On est entre 100 et 130 % d’augmentation des cas en une semaine », a déploré le ministre, rappelant que le variant Delta, qui représente désormais 96 % des nouvelles contaminations, est plus contagieux que la souche d’origine.
 
Il a également souligné que cette nouvelle vague était une « épidémie de jeunes », affirmant que « les 15-40 ans et même les 20-30 ans ont le taux d’incidence le plus élevé dans certains départements ». « La bonne nouvelle, c’est que les jeunes font moins de formes graves donc on ne voit pas encore d’impact hospitalier », a-t-il ajouté, alertant tout de même sur le risque de « Covid long » et de propagation aux personnes âgées.

La crainte de la flambée des cas en août

Une hausse des hospitalisations reste-t-elle à craindre ? Difficile de le prévoir pour l’instant. Le « data scientist » Guillaume Rozier, fondateur de Covid Tracker, a rappelé dans des messages postés sur Twitter que lors des précédentes vagues, un décalage de plusieurs semaines existait entre la hausse des contaminations et la hausse des hospitalisations et des décès. Il souligne toutefois que la vaccination qui progresse pourrait faire évoluer différemment l’épidémie.





Selon une récente modélisation de l’Institut Pasteur, le nombre de cas positifs pourrait flamber à 35 000 nouvelles contaminations début août en l’absence d’efforts pour limiter la circulation du virus.
 




L’Institut Pasteur, cité dans un avis du Conseil scientifique paru la semaine dernière, estimait par ailleurs dans l’un de ses modélisations les plus pessimistes « un pic d’hospitalisations, similaire au pic de l’automne 2020, pourrait être observé en l’absence de mesures de contrôle » et toucherait particulièrement les plus de 60 ans, encore insuffisamment protégés.

Vers des restrictions territoriales ?

Face à la hausse des cas, le Premier ministre Jean Castex est attendu au JT de TF1 mercredi à 13 heures, deux jours après l’approbation en Conseil des ministres du projet de loi contenant l’obligation vaccinale des soignants et étendant le passe sanitaire.
 
Selon le « Monde », de nouvelles restrictions territoriales ne sont pas exclues pas l’exécutif. Réinstaurer le port du masque en extérieur ou la fermeture avancée des bars et restaurants, comme cela a été décidé dans les Pyrénées-Orientales la semaine dernière, est une possibilité sur la table pour les départements les plus touchés par la flambée de cas.
 
Ce mardi matin, face aux députés de la majorité, le Premier ministre a prévenu : « Des moments difficiles attendent notre pays. Nous devons agir et prendre les bonnes décisions. »


Si vous appréciez notre travail, merci de nous soutenir par un petit don en cliquant sur le bouton ci-après


Je fais un don de soutien à l'Association


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Revenir à « Informations »