COVID-19 : les préfets autorisés à rendre obligatoire le port du masque en extérieur

Rubrique ouverte à tous en lecture seule.
POUR ACCEDER AUX NOMBREUX AUTRES FORUMS IL EST NECESSAIRE DE S'INSCRIRE (fonction M'enregistrer en haut à droite de l'écran).
Avatar de l’utilisateur

Auteur du sujet
Pboulanger
Administrateur
Administrateur
Messages : 6695
Inscription : 02 févr. 2010 18:41
Localisation : La Chapelle en Serval F-60520
Âge : 64
    Windows 10 Firefox
Genre :
Zodiaque :
Âge : 64

COVID-19 : les préfets autorisés à rendre obligatoire le port du masque en extérieur

Message par Pboulanger »

Bonjour à tous,

Lu sur
Covid-19 en France : les préfets autorisés à rendre obligatoire le port du masque en extérieur
 
Publié le : 31/07/2020 - 20:11Modifié le : 31/07/2020 - 20:19
Texte par : FRANCE 24

  
Alors que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a affirmé vendredi que "les préfets pourront désormais étendre l'obligation de port du masque aux lieux publics ouverts", plusieurs arrêtés ont d'ores et déjà été pris dans la métropole lilloise, à Perros-Guirec, ou encore en Mayenne.
 
Les autorités préparent les esprits à l'obligation de porter, localement, le masque en extérieur. Le port du masque pourra être imposé dans les zones où l'épidémie de Covid-19 remonte. Une décision a d'ailleurs déjà prise dans ce sens, vendredi 31 juillet, pour la métropole de Lille.
 
"Les préfets pourront désormais, par arrêté, étendre l'obligation de port du masque aux lieux publics ouverts. Cette décision pourra être prise localement, en fonction de l'évolution de l'épidémie dans chaque territoire", a annoncé dans un tweet le ministre de la Santé, Olivier Véran.
 
Pour limiter la circulation du #COVID__19 , les préfets pourront désormais par arrêté
étendre l’obligation de port du masque aux lieux publics ouverts.
Cette décision pourra être prise localement,
en fonction de l’évolution de l’épidémie dans chaque territoire.
— Olivier Véran (@olivierveran) July 31, 2020

Les autorités mettent en garde contre une circulation accrue du coronavirus, près de trois mois après la fin du confinement, et alors que l'été encourage les rassemblements festifs en plein air.
 
Elles justifient le port du masque à l'extérieur par les preuves qui s'accumulent pour dire que le Covid-19 se transmet par de fines gouttelettes en suspension dans l'air expiré par les malades (les "aérosols"), et pas uniquement via les postillons.
 "La gestion de l'épidémie en France est sérieuse", a estimé vendredi le Premier ministre, Jean Castex, en visite dans l'Ain en pleine vague de chaleur.
 
Certaines zones de la métropole de Lille, de Perros-Guirec, mais aussi en Mayenne...
 

Répondant à ces mises en garde, le préfet du Nord a pour sa part annoncé que le port du masque serait obligatoire dans l'espace public à partir de lundi dans "un certain nombre de zones" de la métropole européenne de Lille. À Perros-Guirec (Côtes-d'Armor), certaines zones sont également concernées, a indiqué à son tour la préfecture. Le préfet de Mayenne avait déjà pris mardi la même décision pour quatre communes.
 
Au niveau municipal, Biarritz, Bayonne, Saint-Malo et Orléans ont imposé jeudi le port du masque en extérieur, dans leur centre ou les marchés. Le Touquet (Pas-de-Calais) appliquera cette mesure dès samedi dans son centre-ville.
 
#COVID__19 imposer pour ne pas reconfiner ! Après l'annonce d' @olivierveran,
le préfet impose le masque dans la plupart des lieux les + fréquentés de la @MEL_Lille
Toutes les mesures ici : https://t.co/Y0LNkuZGlo pic.twitter.com/Bfh3F7AVuQ
— Préfet de la région Hauts-de-France et du Nord (@prefet59) July 31, 2020

"Circulation soutenue"
 

Lors d'un déplacement dans les Yvelines mercredi, Olivier Véran avait incité au port du masque en extérieur : "Si vous êtes dans une rue où il y a plusieurs personnes qui vont se balader et [que] vous n'êtes pas sûr de pouvoir garder la distance, je le recommande".
 
Cette position tranche radicalement avec le message des autorités en début d'épidémie. En pleine pénurie de masques, celles-ci assuraient que le masque était destiné aux soignants et aux malades et qu'il était "inutile pour toute personne dans la rue", selon les mots du Directeur général de la santé (DGS), Jérôme Salomon.
 
Le discours a toutefois évolué au fil des semaines (et des connaissances scientifiques), jusqu'à aboutir à une obligation dans tous les lieux publics clos, le 20 juillet 2020.
 
Ces dernières semaines, les pouvoirs publics multiplient les avertissements. "La circulation du virus est soutenue avec un nombre de cas quotidiens en augmentation et supérieur à 1 000", a répété la DGS, jeudi. Pour la première fois depuis le 9 avril, le nombre de malades du Covid-19 en réanimation a connu une hausse, certes infime (+1), en 24 heures, soit un total de 381 personnes.
 
Avec AFP


Prenez bien soin de vous !
Amicalement,
Image

Revenir à « Informations »